Accueil 50ième Anniversaire Anniversaire du C.D. 68 JUDO

postheadericon Anniversaire du C.D. 68 JUDO

Thumbnail image

 

1967 - 2017: le Comité du Haut-Rhin de judo fête son jubilé !

 

Certes, le judo se pratique dans le Haut-Rhin depuis 1945 et la découverte de cet art martial, venu du Japon, par les Colmariens Jean Zwickert et Jacky Lazarus. Mais ce n’est que depuis le 11 juin 1967 que les adeptes haut-rhinois de la « voie de la souplesse » sont regroupés au sein d’un comité départemental. 1967-2017, pas de doute : le Comité du Haut-Rhin est bel et bien quinquagénaire, et plus vigoureux que jamais. Il s’apprête à fêter ce jubilé avec faste, le samedi 4 novembre.

 

C’est tout un symbole : le cadre choisi pour célébrer l’événement est la 16e édition du Challenge Edouard Schuler, une compétition organisée par l’Espérance Mulhouse 1893, club omnisports lui-même plus que centenaire et totalement tourné vers la jeunesse, à l’unisson avec l’action menée depuis un demi-siècle par le Comité du Haut-Rhin de judo. Et la partie festive qui suivra, à la salle de musique de Hochstatt, réunira autour d’une même table des pionniers d’avant-hier, des héros d’hier et les acteurs d’aujourd’hui.

 

Tous auront alors évoqué, ou entendu parler, d’une réunion tenue le 11 juin 1967 au Caveau du Théâtre, restaurant en vogue en ces temps-là à Mulhouse. Il n’y a pas d’archives pour décrire en termes précis les délibérations tenues en cette soirée historique, mais les anciens se rappellent que, à l’époque, ils avaient répondu à l’invitation de Philippe Kiener, un industriel vosgien qui présidait alors la Ligue de l’Est. Cette ligue réunissait les clubs d’Alsace et de Lorraine, et commençait, de par l’essor continu du judo dans l’Est - tout comme dans l’ensemble de la France - à devenir ingérable. D’où le souhait de la jeune Fédération Française de Judo et Disciplines Associées de créer des structures départementales, mieux à même d’encadrer cet essor.

Ce soir-là, on a donc élu un premier comité. Pour en assumer la présidence, les représentants des clubs ont porté leur choix sur Raymond Ritter, qui présentait la particularité d’avoir déjà été élu président du Comité du... Bas-Rhin, étant licencié au Judo-club du Rhin à Strasbourg. Bien entendu, il n’allait pas tarder à se démettre de cette fonction initiale.

Le poste de vice-président a été attribué à Georges Briswalter, celui de secrétaire à Gilbert Bitsch, celui de trésorier à Serge Koenig. Guy Guillocheau, responsable technique et futur CTR, Jean Trappinaud et Daniel Hoffschir sont nommés assesseurs. Deux ans plus tard, Bruno Croatto, Roger Lafarge et Claude Adam ont fait leur entrée au comité, tandis que la responsabilité de l’essor du karaté et de l’aïkido (à l’époque « disciplines associées » du judo) était confiée respectivement à Gilbert Bitsch et Emile Fath.

De toute cette équipe, Georges Briswalter est le seul à être encore en activité. C’est bien lui d’ailleurs qui préside l’équipe constituée pour préparer les festivités du cinquantenaire !

Avec une souriante autorité et une grande compétence, Raymond Ritter - qui forma par la suite un tandem extrêmement efficace avec la secrétaire Viviane Detterer - a assumé la présidence jusqu’à ce triste 1er août 1988, où l’on a appris son décès subit.

 

Georges Briswalter a assuré l’intérim durant quelques mois, jusqu’à l’élection d’Yves Maurer, qui allait diriger les affaires du CD 68 durant cinq olympiades, avant de transmettre le flambeau à Joëlle Lechleiter, qui elle-même vient de s’effacer au profit de Jean-Luc Cardoso. C’est à ce dernier que revient l’honneur de conduire le Comité du Haut-Rhin dans le deuxième demi-siècle de son histoire, avec dans son équipe, autant d’enthousiasme et de compétence que chez les pionniers de 1967...

 

Michel MUCKENSTURM,

ancien journaliste à L'Alsace, auteur du livre "Judokas et Dojo de Haute Alsace".