Accueil Archives

postheadericon 1/4 de finale "juniors"

 

Un travail payant…

 

Une bonne centaine de judokas, 23 filles et 79 garçons, se sont retrouvés ce samedi 18 mars 2017 sur les tatamis de la salle Pierre de Coubertin de Wittenheim avec, pour ambitions, non seulement de décrocher un titre de champion départemental « junior », mais aussi une qualification pour les phases régionales…

Thumbnail image 

De belles confrontations et des combats très engagés...


Sur ce championnat, on a principalement assisté à des confrontations entre Haut-Rhinois et Bas-Rhinois, désireux de se positionner dans les différentes catégories de poids, en l’absence de nombreux ténors. En effet, les judokas sélectionnés au niveau national l’an passé n’ont pas eu droit aux débats, étant directement qualifiés à l’échelon supérieur. On a malgré tout bénéficié de rencontres palpitantes, entre combattants déterminés à décrocher leurs billets pour les ½ finales, programmées les 1er (Dijon) et 2 avril (Reims) prochains.

 

Thumbnail image

Bastien TRESCHER réalise un sans-faute dans sa catégorie des - de 81 kg...


Dans la catégorie des – de 81 kg, c’est un petit nouveau qui rafle la mise. Bastien TRESCHER (A.M. Colmar), tout fraichement junior (depuis le 1er janvier), faisait ses premiers pas dans cette catégorie d’âge. Le garçon étonne par sa lucidité, et surtout par son gabarit. Ses adversaires tomberont un à un, non sans avoir essayé, en vain, de le déstabiliser. Le colmarien remporte la quasi totalité des ses rencontres par ippon, même en finale face à Alexis DIETRICH (Flaxlanden), où il se permet le luxe, malgré sa grande taille, de rentrer un seoi-nage dévastateur, synonyme de victoire. « Je ne suis que première année junior », indique le judoka, tout fier à sa descente de tapis. « En cadet, j’étais en – de 73 kg, et là, je suis monté d’une catégorie. Et je suis super content de cette victoire ! ». Ce succès, il l’explique aisément. « J’ai un très bon coach, c’est surtout ça qui fait la différence. Il est vrai aussi que ma grande taille joue beaucoup, j’ai une longue allonge, et ça aide. Ensuite, j’étais vraiment très motivé. Dans mes combats, j’essaye de donner le meilleur de moi-même, afin de n’avoir aucun regret … ». « Il a beaucoup progressé ces derniers temps », explique son entraîneur, Mustapha ELHADIFI. « L’été dernier, il a pris du gabarit, il a dû changer de catégorie. Il travaille, et ce travail a payé rapidement, c’est une belle récompense pour lui. Surtout, il y croyait. Il a battu tous ses adversaires haut la main à chaque fois ». Quant aux perspectives à l’échelon régional, le technicien tempère. « C’est sa première grande victoire. Il est difficile de se projeter pour la suite. Aujourd’hui, c’est la première fois qu’il arrive à s’exprimer, et aller au bout. Il a de nombreuses qualités, mais il lui reste encore du travail, notamment au niveau du sol, mais aussi au niveau du mental, dans la dureté des combats. Lors des moments difficiles, il baisse les bras parfois, et il va falloir améliorer cela. Ce succès est une belle étape pour lui, il ira à la demi-finale avec un certain capital confiance. Ce capital pourra l’aider à aller plus loin, lorsqu’il sera  junior 2 et 3. Pour l’instant, il est dans l’apprentissage pur et simple… ».

 Thumbnail image

Victor SCHOEN, redoutable en sankaku,  mais aussi sur les seoi-nage...


En – de 60 kg, on attendait la prestation de Victor SCHOEN (A.C.S. Peugeot-Citroën Mulhouse). Le jeune homme, qui s’est vraiment révélé lors des ½ finales par équipes « cadets & juniors » de novembre dernier à Saint-Avold, se devait de confirmer. Il l’a réalisé avec brio, assumant son nouveau statut de favori avec autorité. Trois rencontres, et tout autant de ippon. Clair et net. « Je pense à la suite directe », exprime le judoka à l’issue de sa finale, expédiée sur un seoi-nage éclair. « Les ½ et la qualif. pour les France sont mes objectifs. Je pense à ces championnats depuis le début de l’année. Aux équipes, on est un peu passé à côté, il reste maintenant les « individuels » pour aller chercher un classement au niveau national, si c’est possible ». Et de préciser, «  il faut passer par là, montrer qu’on est le meilleur, et essayer de gagner le plus rapidement possible. J’ai beaucoup progressé à l’entraînement, sur l’aspect technique notamment. Puis j’ai « grandi » aussi dans ma tête, plus concentré, moins friable. J’ai un but, et je vais tout faire pour y arriver… ». Son entraîneur mulhousien, Guillaume CRAINICH, confirme sa belle progression « Victor s’entraîne, il est sérieux, il continue sur sa lancée. L’objectif pour lui était de chercher la qualification. On s’attendait à une finale difficile face au colmarien Philippe MONIER. Mais ce dernier était hors quota, c’est Victor qui a pris le rôle du patron de la catégorie, et il a assuré. Depuis un certain temps, il a eu un déclic, et passé un cap. Il est plus fort dans sa tête, et ça se ressent dans son judo. Ca fait des années aussi qu’il s’entraîne dur, cela ne pouvait être que bénéfique. Chez certains, ça arrive plus tôt, chez d’autres, comme lui, ça vient plus tard. Et on espère que ce n’est que le début…».

 Thumbnail image

Le ura-nage de Gauthier STEINMANN en 1/2 finale des - de 66 kg, face à Jean GOMA...


Dans la famille STEINMANN (A.M. Pays de Mossig), il y a le père Frédéric, judoka réputé, terreur des tatamis par le passé. Désormais, il y a les fils, Victor et Gauthier, respectivement victorieux en - de 73 kg et - de 66 kg. Lorsque l’un des jeunes est sur le tapis, on ne sait pas trop qui, du père ou du fils, est le plus engagé dans le combat. Chaque seconde est vécue avec beaucoup d’intensité et de concentration. Le plus léger, Gauthier réalise un remarquable parcours. Le garçon possède une palette technique redoutable, et peut s’avérer dangereux sur n’importe quelle action, au sol ou debout. « C’est un jeune qui travaille » livre Frédéric. « Il n’y a pas de miracle, il faut travailler pour espérer réussir. Mais il faut aussi de la volonté, de l’envie. Il ne faut pas croire, parce qu’on a battu l’autre dix fois, vingt fois, qu’on va le battre aussi facilement qu’avant. Si l’autre il montre de nouvelles choses, il faut aller le chercher. Il faut vouloir aller le chercher… ». Le jeune, lui, se montre satisfait de sa compétition. « Je viens de changer de catégorie d’âge, et c’est bon de montrer que l’on est toujours présent ! », indique-t-il. « Ça fait plaisir, et c’est bon pour la suite. J’avais très envie, et je m’entraine beaucoup pour cela. C’est ce qui a fait la différence, aujourd’hui en tout cas. Cette année, j’aimerai bien aller chercher une qualif. pour les France, et voir ce que c’est chez les juniors ».

 

A noter également les belles victoires d’Orso ESCARTIN (Colmar Judo) en – de 55 kg, Abdelilah WAHIBI (A.S.P.T.T. Strasbourg) en – de 90 kg, Nicolas OTT en – de 100 kg, Hugo TONEGUZZI (Wintzenheim) en + de 100 kg, Camille BATTISTA (A.C.S. Peugeot-Citroën Mulhouse) en – de 52 kg, Pauline ROBERT (Mundolsheim) en – de 57 kg, Elisa LARCHE (Chatenois) en – de 63 kg, Cyrielle BAUER (Quatzenheim) en – de 70 kg, Léa GHERARDI (Flaxlanden) en – de 78 kg et Diane PIERRE-CHARLES (Kaysersberg) en + de 78 kg.

 

Une bien belle après-midi, et de beaux combats, très engagés. « Je suis tout de même un peu déçu de la participation », indique Vincenzo CARABETTA, responsable de la commission sportive du Comité du Haut-Rhin. « On a beaucoup de cadets troisième année, et très peu de juniors finalement. Malgré cela, on a vu de beaux combats et de belles actions. Maintenant, sur les demi-finales, le niveau va monter d’un cran. Les médaillables potentiels n’étaient pas présents aujourd’hui. Quoi qu’il en soit, on a de belles cartes à jouer au niveau régional… ».

 

Ci-contre les résultats : ClassementsPoules et Tableaux.

Ci-contre la liste des "juniors" filles & garçons qualifié(e)s pour les 1/2 finales : Liste JUNIORS

 

Article rédigé par Isabelle GEIGER le 19 mars 2017 à 10h15.