Accueil Archives

postheadericon Entraide et prospérité mutuelle - Jitai kyoei

Pas que des mots…

 

« Un pour tous, et tous pour un ». Alexandre DUMAS dans les Trois Mousquetaires, rappelait déjà, en 1844, les principes d’honneur et d’amitié. Deux siècles plus tard, société de consommation et hyper connectivité ont quelque peu exacerbé l’individualisme. Pour autant notre discipline sportive véhicule encore de nobles valeurs. C’est ce qu’ont démontré jeudi dernier les clubs de Kembs et de Zillisheim, lors d’une cérémonie bien sympathique autour d’un don de tatamis. Quand l’esprit du judo se manifeste, comme par magie…

 Thumbnail image

Laurent GERST (Kembs) qui serre la main de Vincent BRUGGER (Zillisheim), en compagnie de Vincent ANTOINE, Chritophe ANDRE (Kembs),  Fabien  KERN (Zillisheim), Gilbert HEITZ (Kembs), Philippe SCHLOSSER (Zillisheim), David LUX (Zillisheim) et Nicolas BRUGGER (Zillisheim).


Quel rapport au fait entre le club rhénan et la toute petite structure campagnarde ? A priori aucun. Il faut cependant se plonger dans le passé pour trouver ce que l’on cherche, et comprendre le contexte de cette soirée du 30 mars 2017.

Pour la petite histoire, le club de Zillisheim, qui existe depuis 2004, a connu plusieurs dirigeants. Le dernier en date, Vincent BRUGGER, président de la section depuis 2014, s’est mis en quête de bâtir autour de lui une équipe solide et soudée, puisant directement dans sa propre famille : Nicolas BRUGGER, Sandrine BRUGGER et son mari, Vincent ANTOINE, tous judokas. Or toute la famille BRUGGER, au nombre de cinq frères et sœurs, a très jeune revêtu le kimono (dans les années 1985-1995), sous la houlette d’un certain… André SCHERRER, à l’A.S.C.O. de Mulhouse. Le beau-fils de ce dernier, Guy KELLER, également ceinture noire, n’était autre que l’un des piliers du Judo-Club de Kembs (tous deux nous ont malheureusement quitté l’an dernier).

 

La rencontre entre les deux structures s’est faite il y a quelques mois, un peu par hasard. Lors d’échanges verbaux, le président de Kembs, Laurent GERST, fait part de son souhait de changer les tatamis de son dojo. Mais que faire des anciens tapis ? La section de Zillisheim, et son comité fraîchement renouvelé, fait savoir qu’elle voudrait, elle aussi, disposer d’une surface plus accueillante pour les enfants, les tatamis qu’elle possède s’étant sérieusement dégradés au fil des ans. Mais faute de moyens, une acquisition en neuf s’avère impensable. C’est là que le club de Kembs, après mûre réflexion, a pris la décision d’en faire don, tout naturellement. « Pour nous, c’était l’occasion de respecter cet esprit du judo qui nous est cher », relève Laurent GERST, le président donateur. « Donc, plutôt que de les vendre, on a purement et simplement décidé de les leur offrir. Tout le monde n’a pas les moyens de s’acheter pareille surface. J’y vois-là une belle façon de favoriser le développement du judo. Je suis heureux de satisfaire un club de cette manière, et de lui permettre de poursuivre son activité ! ».

 

Depuis la rentrée de septembre 2016, le dojo de la salle polyvalente de Zillisheim dispose de ce fait de 200 m2 de tatamis en parfait état, bien plus agréables à l’usage que les anciens. « C’est surtout pour les petits ! », reconnait Vincent BRUGGER, l’heureux bénéficiaire. « Notre club est avant tout convivial, axé sur les valeurs de la famille, comme nous l’ont transmis nos parents, mais aussi nos enseignants de judo. Quelque part, ce club de Kembs qui nous donne gracieusement ses tatamis, c’est un beau symbole. Comme un passage de relais entre M. SCHERRER, Guy KELLER et nous. C’est très fort. Et de tout ce qu’ils nous ont transmis, nous l’inculquons maintenant aux enfants. Une belle continuité en quelque sorte… ».

 Thumbnail image

De beaux tatamis, et des pratiquants ravis...


Un réel trait d’union entre générations, matérialisé par ce don de tatamis. L’occasion surtout, pour le club de Zillisheim, de poursuivre sereinement son activité, voire de la développer. Et ce ne sont pas les nombreux enfants présents, visiblement heureux d’évoluer à leur guise dans ce petit dojo familial, qui s’en plaindront…

 

Un bien beau geste de générosité et de solidarité, qui mérite d’être souligné. Avec, en première ligne, l’honneur et l’amitié. Des valeurs sûres, et un bel exemple... Bravo !

 

Article rédigé par Isabelle GEIGER le 1er avril 2017 à 22h15.