Accueil Archives

postheadericon Tournoi d'Altkirch 2017

 

Vu par… Pauline HAGIST

 

Qui est Pauline HAGIST ? Une judokate, bien entendu. Mais encore ? Licenciée depuis son plus jeune âge au Dojo d’Altkirch, elle participait, fort naturellement à l’édition 2017 de son tournoi. Une journée du 22 avril un peu spéciale pour elle qui, a seulement 17 ans (18 dans un mois), cumule déjà les fonctions : celles de membre de son club, ceinture noire, participant activement à l’organisation de la manifestation, impliquée corps et âme dans bien des secteurs. Compétitrice aguerrie, pensionnaire du Pôle Espoirs de Strasbourg, défendre les couleurs de son club à domicile lui parait indispensable. De plus, elle est également membre du Comité Départemental de Judo, responsable de la toute nouvelle commission des jeunes. Alors forcément, selon la casquette portée, elle nous offre un regard bien particulier sur cette compétition hors norme, qui s’inscrit désormais dans les incontournables du calendrier sportif, et constitue une vitrine de choix pour le judo.


 

Casquette C.D. 68 - Quelle analyse peux-tu effectuer sur ce tournoi dans sa globalité ?

P.H. « C'est un bon tournoi, surtout qu'il y a beaucoup de monde, avec des combattants qui viennent d’un peu partout. Pour les plus petits, c’est intéressant, car varié, avec des adversaires différents, ils ne tombent pas sur des partenaires du même club. Cela leur permet de s’aguerrir, et de découvrir d’autres manières de pratiquer et de faire du judo. Ce qui est bien sur ce tournoi 2017, c’est qu’on a même eu une démonstration « kata ». Cela a permis aux plus jeunes, mais aussi à plein d’autres gens, de voir une autre facette du judo, c'est plutôt une bonne chose ! Il n'y a pas que le judo en compétition, il est important de le leur montrer. Sur ce genre de rencontres sportives, ils ne viennent pas juste pour combattre puis ils repartent. Là, ils restent plus longtemps, ils regardent leurs camarades, les encouragent, c'est pas comme un championnat, ou c’est chacun pour soi. Ici, c'est autre chose, c’est vraiment convivial ».

Thumbnail image

L'organisation d'un tournoi, un travail d'équipe, partagé avec les copain(e)s...

 

Casquette Dojo Alkirch (organisation) - Quel plaisir prends-tu à t’investir dans pareils préparatifs ?

P.H. « La préparation, c'est fatiguant ! Mais il y a tout le monde qui aide tout le monde, dans la bonne humeur et une super ambiance. Hier, pour installer les tapis, on était très nombreux, et l'après-midi aussi certains sont restés pour tout mettre en place. Ce matin, dès 7h, nous étions déjà là pour aider. Du coup, c'est très agréable, et ça fait plaisir de voir autant d’investissement et d’enthousiasme. Le fait d'être ainsi, tous ensemble, c'est vraiment bien, d'autant plus que cette année, on a plein de jeunes qui arrivent, et qui font ce tournoi pour la toute première fois pour aider. On passe du temps ensemble, et on s'amuse bien aussi. C'est également un des seuls moments au club où les petits voient les plus grands, car ils restent toute la journée, et ils nous voient combattre aussi, alors que d'habitude, c'est nous qui allons les voir pour les coacher. Et dans ce cadre, ça crée des liens, c’est plutôt sympa... ».

 

Casquette compétitrice - Dans pareil contexte, comment vit-on une compétition comme celle-là ?

P.H. « C'est dur de combattre à domicile. Hier toute la journée on a préparé la salle, c’était long et usant. Aujourd'hui j'étais commissaire sportif, j'ai échauffé les petits et les ai emmené un peu partout. Du coup, la fatigue s'est vite fait ressentir.  Malgré tout, je vais au combat pour le plaisir, pour mon club avant tout. Mais d'un autre côté, je n'ai pas envie de perdre. Du coup, j'aborde cette compétition sans trop de pression, en donnant le meilleur de moi-même, pour me faire plaisir et apporter des points. Je suis très contente car je gagne ma catégorie (- de 57 kg – junior). C'est un tournoi que j'aime faire chaque année car c'est justement pas la même ambiance qu'en championnat officiel. En plus, on est à la maison. Alors c’est génial ! ».

 

Entretien réalisé par Isabelle GEIGER le 22 avril 2017 à 21h15.


Thumbnail image

Une compétition que Pauline a abordé sans pression, juste pour le plaisir...