Accueil Le Judo Adapté Championnat de Judo Adapté du bassin alsacien

postheadericon Championnat de Judo Adapté du bassin alsacien


Canaliser les émotions…

 

Quelques 80 judokas handicapés mentaux, filles et garçons, mais aussi déficients visuels, se sont retrouvés ce mercredi 15 mars 2017 au Dojo de Vendenheim (67) pour y disputer leur championnat de judo adapté. Dans une ambiance conviviale est festive, toutes et tous ont livré de belles et rudes batailles pour conquérir de bien précieuses médailles…

 Thumbnail image

Toujours autant de monde à cette animation de judo adapté, très prisée par les associations dédiées et leurs judokas...

 

 

Répartis dans différentes divisions, selon leur degré de handicap, les judokas peuvent ainsi s’exprimer au mieux, dans un contexte entièrement acquis à leur cause. Malgré tout, l’appréhension de la confrontation demeure, exactement comme chez les compétiteurs « valides ». La peur de l’inconnu, la crainte de l’autre ou tout simplement l’angoisse de la défaite, rien ne les différencie des autres. Sauf que là, l’accompagnement s’avère primordial. Professeurs de judo et éducateurs sont présents à leurs cotés, en permanence, pour rassurer, réconforter, apaiser. Des mots, des câlins, des sourires, prennent ici une dimension autre. Tout comme le judo, par ailleurs, devenu simple outil de construction de soi, d’épanouissement et de sociabilité.

Thumbnail image

Judoka et éducateur, un binôme nécessaire pour une efficacité accrue..

 

Là, on ne vient pas pour voir un ura-nage exécuté à 1m du sol. Quoi que… Certains produisent un judo à faire pâlir bien de nos ceintures noires dites « normales ». Mais l’essentiel est ailleurs. « Ce championnat n’est pas juste un moment unique et isolé », confie Jean-Paul HOPPE, le responsable du Haut-Rhin du judo adapté, également éducateur à l’association l’Envolée de Lutterbach (68). « On s’inscrit dans une continuité. Sur le tapis ressort avant tout le travail de l’année, ce travail de fond qui est effectué au fil des séances, de longue date bien souvent. Ici, on essaye de palier aux difficultés de chacun, de canaliser l’excès d’émotions parfois. Sur le tapis, ce sont des moments intenses, c’est très fort pour eux. Et même s’ils perdent, ou que ce n’est pas tout à fait comme on le souhaiterait, on a quand même la satisfaction d’avoir bien bossé pour en arriver là ».

Thumbnail image

Jean-Paul, arbitre attentif lors des rencontres...


Contrairement à notre mode de vie contemporain, qui exige tout, tout de suite, le sport adapté s’inscrit sur du long terme bien souvent. Patience et persévérance sont les maitres-mots de cet espace très spécifique, où la notion même de performance n’a plus de signification véritable. « Essayer de gagner quelque chose est un vrai challenge », complète Jean-Paul. « A travers leur engagement et leurs actions, ils démontrent leur travail, leur savoir-faire d’une certaine manière. Avec ce judo un peu brouillon souvent, dynamique parfois. Mais c’est l’énergie de la vie. L’idée est de les faire participer, afin qu’ils arrivent à affronter quelque chose. Tous ne peuvent pas gagner. Mais participer constitue déjà une belle victoire en soi… ».

 Thumbnail image

O-soto-gari enchaîné hon-gesa-gatame, le spécial de Samir...


Si la médaille devient une source de satisfaction certaine pour nombre de judokas, d’autres parviennent en plus à réellement apprécier la valeur de leurs efforts, et surtout le résultat produit. C’est le cas de Samir AKRIMI, (Kano-Huningue/Bulle d’Air Bartenheim - 68), brillant vainqueur dans le tableau des + de 81 kg. Trois combats et tout autant de victoires par ippon, non sans avoir dû batailler ferme, face à des adversaires parfois plus robustes que lui. « Je suis super content », exprime le jeune homme à l’issue de la compétition. « C’était dur aujourd’hui, mais j’ai tout donné. Avoir gagné me rend fier. Et je sais aussi que mon père sera très fier de moi ! ». Une fierté que partage Nelly DE LORENZI (Judo-Club des Vosges du Nord – 67) victorieuse chez les féminines en – de 57 kg.  « J’aime gagner », reconnaît la jeune fille, tout sourire.  « Cela me donne envie de continuer !  Sur le tapis, je prends la force des autres, c’est ce qui me permet d’être meilleure, et de gagner facilement ! ». Avec trois entraînements/semaine dans son club, la jeune fille ne semble pas rassasiée pour autant. « J’aime me sentir forte. Dans le judo, que j’apprécie tout particulièrement, j’adore les prises, et j’ai plaisir à pratiquer avec mes camarades de club. Surtout, on a un bon prof, il est super gentil (merci Saïd !). Venir ici, à ce championnat, c’est comme dans un rêve ! ». Et elle a bien failli sauter au plafond lorsque son professeur lui a annoncé qu’elle était qualifiée pour le championnat de France. « Je suis super excitée !!! », avoue-t-elle, radieuse. « J’ai vraiment hâte d’y être ! ». Ca promet en tout cas…

 Thumbnail image

Nelly radieuse dans les bras de son professeur à l'annonce de sa séléction aux France...


Sur le tapis, l’on retrouve régulièrement les mêmes associations, fidèles à la manifestation depuis de nombreuses années. De temps à autres, des petits nouveaux pointent leur nez, avançant à tâtons dans cet univers très particulier. C’est le cas du club de judo d’Aspach-le-Bas/I.M.E. Dannemarie (68), présent pour la toute première fois, qui alignait quatre de ses judokas. « C’est une très belle expérience ! », analyse Frank SIMON, le professeur de cette toute jeune section.  « Ici, nos judokas ont montré ce qu’on leur a appris. Je constate qu’ils ont très vite assimilé. En compétition, ils sont au bord de la falaise, ils doivent mettre en pratique tout ce qu’ils ont appris, ils n’ont pas le choix. Pour eux, c’était une première. Alors forcément, il y avait un peu de stress, la veille déjà ». Afin d’optimiser cette sortie et faire en sorte que tout le monde y soit à son aise, le club n’a pas hésité à partir un jour avant, quitte à prendre des chambres d’hôtel, histoire de rendre l’événement le plus agréable possible. « Partager des repas, être ensemble, cela les rassure. Il me semble important de préparer ces judokas avant, afin de le mettre en confiance. Tout s’est très bien passé, et ils ont réalisé de bonnes prestations ! ».

 Thumbnail image

Une première pour la section judo d'Aspach-le-Bas, le professeur Frank SIMON et l'éducatrice Céline ARNOLD ! (Crédit photo Facebook)


Une bien belle aventure, qui se poursuivra à Rouen les 6 & 7 mai prochains. En attendant, toutes et tous se remettent peu à peu de leurs émotions, et pensent déjà aux prochaines séances de judo. Les médailles acquises, quel qu’en soit leur métal, ne croupissent pas au fond d’un simple sac. Il se raconte que certain(e)s judokas dorment avec, durant un laps de temps certain…

Un grand merci en tout cas au responsable du judo adapté du bassin alsacien, Frédéric STEINMANN, pour l’organisation de cette belle animation. Un grand merci, comme toujours, au club de Vendenheim pour son accueil et cette belle matinée de judo !

 Thumbnail image

Belle forme de corps pour cet uchi-mata comptabilisé ippon...


Ci-contre les résultats complets :  Championnat 2017.

 

Article rédigé par Isabelle GEIGER le 16 mars 2017 à 17h.