Accueil Le Judo Adapté Championnat d'Alsace Judo Adapté 2018

postheadericon Championnat d'Alsace Judo Adapté 2018

 

Le judo... autrement !

 

L’édition 2018 du championnat d’Alsace, ce mercredi 14 mars au dojo du Complexe Sportif de Vendenheim (67), a réuni une bonne cinquantaine de judokas handicapés, issus du sport adapté (handicap mental, troubles psychiques, troubles de l'adaptation), et des clubs de judo du Bas-Rhin et du Haut-Rhin. Objectifs de cette belle animation : rencontre, partage, et convivialité surtout !

Thumbnail image

Le J.C. Vendenheim accueille chaque année cette animation conviviale !

 

« On reste dans l’état d’esprit qui est le nôtre depuis des années ! », explique Frédéric STEINMANN, le responsable du judo adapté sur le bassin Alsacien. « A savoir donner du plaisir à ces judokas, leur permettre d’effectuer des combats, et faire en sorte que chacun d’eux puisse s’exprimer du mieux que possible ». Certes, la nouvelle réglementation du sport adapté, orientée vers la constitution d’une élite, peut paraître attrayante. Les divisions ayant été supprimées, et remplacées par une classification AB, BC et CD selon le degré de handicap, il a été proposé aux éducateurs de définir eux-mêmes en amont, selon une grille bien définie et détaillée, les réelles capacités de leurs sportifs dans les domaines de la motricité, de l’autonomie, de la socialisation et de la communication. Sauf que, pour nombre d’entre eux – le constat est unanime, cette classification aussi pointue soit-elle s’avère extrêmement délicate à mettre en œuvre, l’influence du handicap sur la pratique même du judo étant des plus subjective et surtout aléatoire. « A l’issue des rencontres, chaque association définira elle-même les judokas qu’elle souhaite amener aux championnats de France », complète Frédéric. Car l’objectif est bien là : préparer l’échéance nationale, programmée les 13, 14 et 15 avril prochains à Aurillac (15).

Thumbnail image

Frédéric STEINMANN fidèle à ses valeurs : ici, pas de "championnite", mais des oppositions constructives...

 

Du coup, la nécessité d’offrir des confrontations à ces judokas est bien concrète, afin que ces derniers ne soient pas déstabilisés lors de l’échéance nationale. Pas facile pour autant de gérer les rencontres, entre classification, catégorie de poids et catégories d’âge : un vrai casse-tête pour les organisateurs qui, comme chaque année, font de leur mieux pour satisfaire tout le monde. Mais visiblement, ça marche : regards, sourires, attitudes, tout tend vers la convivialité et le plaisir de pratiquer.  

Thumbnail image

Les manifestations de joie, excessives parfois, sont fréquentes...

 

Bernard MESSNER, notre ancien président de Ligue, présent sur ces championnats depuis de nombreuses années avec son épouse Marie-Odile, ne s’y trompe pas. « Tout à l’heure, un combattant qui venait de gagner à explosé de joie ! », raconte-t-il, ravi de cette ambiance singulière. « Une joie fabuleuse, en rien artificielle. On voit bien que c’est un sentiment sincère, et le judo n’est pas étranger à ce type d’extériorisation. C’est pour cela que j’aime ces manifestations, et ai toujours grandement plaisir à y assister ! ». Et de compléter, « C’est ça aussi le judo ! Le judo n’est pas qu’un sport de compétition, de médailles. Même si cet aspect reste important, il y a autre chose ici, qui touche toutes les catégories d’âges, des enfants, mais aussi des gens qui ne sont pas de toute première jeunesse. Et je pense vraiment qu’il faudrait qu’on développe d’avantage cette facette du judo, qui me semble extrêmement importante… ».

Thumbnail image

Les mascottes ont bien amusé Bernard MESSNER (à gauche), lors de la remise des récompenses...

 

Une autre manière de pratiquer, pas si éloignée cependant de ce l’on connaît en championnat traditionnel. Les règles d’arbitrage sont les mêmes, certes assouplies, mais la comptabilisation des points reste identique. Pour certains, aveugles entre autres, un accompagnement sur le tapis s’avère nécessaire, tout comme la garde installée, pour un maximum de sécurité. C’est dans ce contexte que nombre de judokas se sont illustrés, offrant souvent de belles séquences sportives, mais aussi beaucoup d’émotions. Notons entre autres la belle victoire de Cathy BUR (Val de Moder), habituée des premières places, et ce de longue date. « Je suis contente bien sûr », exprime-t-elle à l’issue de sa compétition. « Mais c’était dur aujourd’hui, Claude m’a beaucoup manqué… ». Claude, Claude PREVOST inévitablement. Son professeur, que beaucoup ont connu (sport adapté, mais aussi judo alsacien), disparu trop tôt l’été dernier. L’occasion pour elle de lui rendre hommage, et de lui dédier sa belle médaille d’or. Chapeau Cathy ! Mais tous les participants, victorieux ou non, ont livré de belles batailles sur cette campagne 2018, et fait preuve de beaucoup de courage dans l’adversité. Une autre image du judo, toute aussi belle que les autres… [Voir photos sur FB et site de la L.A.S.A.].

  Thumbnail image

Cathy BUR, ceinture noire, dédie sa victoire à son professeur Claude PREVOST...

 

Un grand bravo à tous pour les prestations fournies, un grand merci aux organisateurs du sport adapté alsacien et du J.C. Vendenheim pour cette belle animation !!!

Thumbnail image Séquence "émotions" pour certains après un combat victorieux...


Ci-contre les résultats : Alsace Judo Adapté 2018.

 

Article rédigé par Isabelle GEIGER le 16 mars 2018 à 11h45.