Accueil Les compétitions 1/4 de finale Seniors - Bouxwiller

postheadericon 1/4 de finale Seniors - Bouxwiller

 

Les demies en ligne de mire...

 

Ouverture de la saison pour les seniors ce samedi 17 février 2018 à Bouxwiller (67), avec la première étape du championnat de France, qui a réuni 110 combattants (27 féminines et 83 masculins). Principal objectif, les qualifications pour les ½ finales du 22 avril prochain…

Thumbnail image

Le club de Masevaux a de la suite dans les idées en axant la formation sur les jeunes : Valérie JOBARD, brillante dans différentes catégories d'âge, confirme son potentiel chez les seniors alors qu'elle n'est que junior...


« Les féminines sont trop peu nombreuses », constate, avec un brin d’amertume le conseiller technique du Bas-Rhin Mickaël MERVELET. « Pour autant, il faut saluer celles qui ont fait le déplacement… ». Et du chemin, il y en avait pour certaines, venues des quatre coins des départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, pour une compétition transformée en championnat d’Alsace, afin de regrouper un nombre plus conséquent de combattant(te)s. Les filles présentes ont malgré tout fourni quelques confrontations intéressantes, certaines pouvant espérer atteindre les D1. Côté Haut-Rhinois, signalons la percée de juniors talentueuses, comme Chloé DUSEHU (Dojo Altkirch) et Valérie JOBARD (Masevaux), respectivement victorieuses en – de 52 et – de 57 kg. Notons également la belle victoire d’une « ancienne », Magali WILLMANN (A.M. Colmar), également C.T.D. 68, qui s’impose dans sa catégorie d’origine, celle des – de 63 kg. L’an passé, en – de 70 kg, elle avait échoué de très peu pour l’accession en première division. Peut-être que l’année 2018, dans la catégorie de poids inférieure, lui sera plus favorable. En + de 78 kg, Nadine BORD (Lauterbourg), « habituée » des 1ères divisions, s’impose fort logiquement, bien qu’ayant dû batailler ferme face à Audrey BERI (Mundosheim), elle aussi ayant été en D1 par le passé. Complètent les victoires Amélie WOLFF (Geispolsheim) et Nasryne MECHITOUA (Metz), qui s’imposent en – de 70 kg et – de 48 kg.

  Thumbnail image

Les "anciennes" donnent bien du fil a retordre aux jeunes : Magali WILLMANN, usant de son expérience au sol, a su déjouer la vitalité des filles encore juniors. Elle conclut sa compétition sur un remarquable sankaku...

 

Côté masculin, l’animation est nettement montée d’un cran sur les tatamis, nombre de prétendants aux podiums ayant livré de solides batailles pour atteindre l’une des six places qualificatives pour l’échelon supérieur. La catégorie des – de 60 kg, certes pas la plus fournie, a cependant livré un vainqueur de grande qualité. Miguel DAFONCECA (Wittenheim) s’impose avec classe, grâce à un judo stratégique, jouant de finesse puis d’explosivité sur des techniques variées, avec des seoi-nage, kata-guruma ou ura-nage express. « L’offensive est ce qui me convient le mieux ! » indique le vainqueur à l'issue de sa finale. « Parfois, lors de certaines rencontres, les pénalités tombent vite, et on est plus dans de la gestion de combat que dans l’attaque pure. Or moi, j’ai besoin de bouger, d’attaquer, et j’ai plaisir à être confronté à des adversaires de valeur (les frères ROESSLINGER). C’est bon pour se préparer pour les futures échéances… ».

Thumbnail image

Il sait tout faire Miguel DAFONCECA : attaques directes, liaisons debout-sol, contres, etc. Une belle palette et un état d'esprit qui devraient le mener loin...

 

Son rêve, la D1. Plusieurs fois 5ième en ½ finale, le wittenheimois n’a pas encore eu le privilège de goûter à l’élite. Son appétit n’en est que plus grand. « C’est difficile lorsqu’un judoka n’est pas en structure », reconnait l’un de ses entraineurs, Patrice MARECHAL, ancien C.T.D. du Haut-Rhin. « Miguel fait des études en alternance et travaille, il ne peut s’entraîner que deux fois par semaine. Ses entrainements sont justement axés sur la gestuelle technique et l’explosivité. Et au contact de Guillaume (ENGEL), qui a connu la D1, il se perfectionne en matière de stratégie de combat. C’est un élève sérieux et assidu. Surtout, il n’est pas dans un schéma individualiste, où il ne pense qu’à lui. C’est un judoka qui, outre ses entrainements, s’investit beaucoup pour la progression de son sport (arbitrage, enseignement entre autres…). Il a la main sur le cœur, et vient aider dès qu’il le peut… ». Un bel état d’esprit, fidèle aux nobles valeurs du judo, qui en font un exemple. Et, c’est bien connu, travail et persévérance finissent toujours par payer…

 

Un schéma que l’on retrouve également du côté des A.M. Colmar, avec un Salman ARSLANBEKOV tout aussi tonique et virevoltant, qui s’impose lui aussi avec bio, dans la catégorie reine des – de 73 kg. Un judoka doué, capable de marquer ippon sur n’importe quel adversaire, même les plus coriaces. « Cela fait un bon bout de temps que je suis entraîneur », confie Mustapha EL HADIFI, cadre emblématique de la section colmarienne. « Jamais je n’ai vu un jeune aussi brillant chez les seniors, qui parvient à s’imposer par ippon, avec la manière sur tous ses combats, malgré un tableau costaud (Axel DUSEHU et Jules CUNY). Il fait son judo, il dispose d’un bel état d’esprit, de technicité, de variété. Il est complet dans tous les secteurs du combat, parvient à gérer les temps faibles ou forts. Sur cette compétition, il n’est pas tombé une seule fois. C’est un bel attaquant, et ça fait du bien au judo ! ». Un judoka exemplaire, et un entraineur qui l’est tout autant, n’hésitant pas à saluer et féliciter l'autre finaliste, le mulhousien Ales MISSARA (A.C.S. Peugeot-Citroën), lui aussi auteur d’un brillant parcours dans cette catégorie piégeuse.

Thumbnail image

Il n'est pas resté bien longtemps sur les tatamis : Salman ARSLANBEKOV a surpris tous ses adversaires du jour par des attaques floudroyantes, même en finale...

 

En – de 66 kg, notons le beau doublé mulhousien, de deux juniors prometteurs, Antoine VERON et Victor SCHOEN (A.C.S. Peugeot-Citroën), eux aussi auteurs de belles prestations sur l‘ensemble de leur parcours. Dans les autres catégories de poids, s’imposent Simon BAECHER (La Bruche) en – de 81 kg, Abdelillah WAHIBI (A.S.P.T.T. Strasbourg) en – de 90 kg, Safi GUILLI (Amnéville) en – de 100 kg, et Vincent PADOWICZ (Molsheim), un « habitué » de la D1 en + de 100 kg.

 

« Le niveau de ces championnats est très hétérogène », analyse Mickaël MERVELET. « Dans pas mal de catégories, la jeune génération est bien présente, et laisse augurer de belles choses pour la suite. On a eu de belles confrontations sur l’après-midi, avec des oppositions intéressantes et des finales riches en enseignements. La prochaine étape devrait permettre à certains d’atteindre le championnat de 1ère division. Pour cela, il va falloir se battre, et ça ne va pas être simple… ». Prochain RDV le 22 avril à Saint-Dié des Vosges, ou hors région Grand Est, pour les qualifications au niveau national...

 

Ci-contre les résultats complets : Classement Seniors F - Classement Seniors M - Poule et Tableaux Seniors F - Poules et Tableaux Seniors M


Thumbnail image 

Le travail au sol, grande vedette également de ces championnats 2018 : la clef pour accéder en D1 ???


Article rédigé par Isabelle GEIGER le 18 février 2018 à 11h45.